Le paiement par mobile reste faible aux US et en Europe

L'usage du paiement par téléphone mobile reste faible aux États-Unis comme en Europe. « Seulement 15 % de l'ensemble des propriétaires de téléphones mobiles ont effectué un paiement par téléphone mobile au cours des 12 derniers mois, contre 12 % en décembre 2011 ». C'est le constat dressé par l'étude intitulée "consommateurs et services financiers mobile 2013" réalisée par la Réserve Fédérale Américaine, sur les données de 2012, qui vient d'être publiée.

 

La part des utilisateurs de smartphones qui ont réalisé un paiement par mobile au cours des 12 derniers mois est restée stable soit à 24 %. Dans la majorité des cas, les paiements mobiles consistent à régler une facture en ligne. Et encore, cet usage tend à diminuer, 42 % contre 47 %  en 2011. Seulement 6 % de l'ensemble des utilisateurs de smartphones déclarent avoir réalisé un paiement dans un point de vente au cours des 12 derniers mois, contre 1 % en 2011. Pire : seulement deux utilisateurs sur 10 (22 %) expriment un intérêt à utiliser leurs téléphones pour payer dans les magasins !

Les principaux usages des services financiers mobiles selon la Réserve Fédérale

Les principaux usages des services financiers mobiles selon l'étude

 L'accès à l'information sur les prix bouleverse l'acte d'achat

En revanche, près de la moitié des détenteurs de smartphones (42 %) déclarent l'avoir utilisé pour effectuer des comparaisons dans un magasin. Un tiers, (32 %) ont scanné le code barres d'un produit pour rechercher le meilleur prix.

6 consommateurs sur 10 qui ont utilisé leur téléphone pour comparer des prix dans un magasin, ont changé de boutique suite à l'information trouvée. 44 % des détenteurs de smartphones ont utilisé leur téléphone pour glaner un avis sur ce produit ou obtenir des informations avant un achat. 70 % d'entre eux ont tenu compte de ces informations.

64 % des utilisateurs de services bancaires mobiles ont vérifié leur solde de leur compte avant de faire un achat important au cours des 12 derniers mois, et la moitié d'entre eux ont décidé de ne pas acheter un article à la suite de l'information relative au solde de leur compte ou liée à la limite de crédit.

Étrangement, seulement un tiers (27 %) des détenteurs de mobiles sont intéressés par la réception, la gestion des offres de rabais ou coupons ou leur géolocalisation pour recevoir des offres.

Concernant les services financiers, les principaux usages sont : la vérification des soldes de comptes ou les transactions récentes (87 % des utilisateurs de services bancaires mobiles), le suivi des transferts de fonds entre les comptes (53 % des utilisateurs de services bancaires mobiles), et enfin le dépôt de chèque (21 % des utilisateurs de services bancaires mobiles).

 Quels sont les freins ?

Les résistances restent les mêmes en Europe ou aux US. L'utilité et la sécurité demeurent les principaux freins au développement des services bancaires par mobile. Les utilisateurs de téléphones qui n'avaient pas adopté les services bancaires considèrent que leurs besoins bancaires ont été satisfaits, et ce sans l'utilisation des services bancaires mobiles (54 %, contre 58 % en 2011).

La sécurité de la technologie est la principale raison invoquée pour ne pas utiliser les services de paiement (38 %, contre 42 % en 2011). Les préoccupations quant à la sécurité ont été invoquées pour ne pas utiliser les services bancaires mobiles par près de la moitié des détenteurs (49 %, contre 48 % en 2011). Enfin, plus d'un tiers des utilisateurs de téléphones mobiles qui n'utilisent pas les paiements mobiles ne voient aucun avantage à utiliser le mobile et davantage de facilités à payer avec une autre méthode de paiement.

 

Les principales raisons pour ne pas utiliser les services financiers par mobile selon la réserve fédérale

Les principales raisons pour ne pas utiliser les services financiers par mobile selon la réserve fédérale

Des services qui répondent à toutes les classes sociales.

L'étude montre que les services financiers mobiles répondent aux besoins de l'ensemble des classes sociales. "La population sous-bancarisée fait un large usage des services bancaires mobiles. Près de 49 % des personnes sous-bancarisées déclarent avoir utiliser leurs téléphones mobiles pour des services bancaires au cours des 12 derniers mois" constate l'étude de la Réserve Fédérale Américaine.

Rédigé par P.Remeur

Patrice Remeur

Innovation et transformation digitale me passionnent. N'hésitez pas à me contacter pour échanger.