La blockchain tout le monde en parle, personne ne fait ?

Ce sont 43 cas d'utilisation de la blockchain qui ont été décortiqués depuis des recherches sur internet. Les résultats de l’étude menées par trois experts de haut niveau sont… stupéfiants !

John Burg , Christine Murphy et Jean Paul Pétraud , experts du sujet constatent dans un atelier de Merl tech DC de septembre que la plupart des annonces des sites « étaient accompagnés d'allégations élogieuses telles que « des coûts opérationnels… réduits de 90% » ou avec l'assurance d'une « capture et d'un stockage de données précis et sécurisés ». Nous avons constaté une prolifération de communiqués de presse, de livres blancs et d’articles écrits de manière convaincante ».

Pas de preuve !

Jusque là tout le monde est d’accord. Les auteurs constatent que « cependant, nous n’avons trouvé aucune documentation ni preuve des résultats obtenus par la blockchain dans ces revendications. Nous n'avons pas non plus trouvé de leçons apprises ni d'idées pratiques, contrairement à d' autres technologies en développement ».

Pour vérifier, les auteurs ont contacté les sociétés en question par téléphone, courriel ou autres moyens. « Aucun d'entre eux n'était disposé à partager des données sur les résultats du programme, les processus REMF (surveillance, évaluation, recherche et apprentissage) ou la gestion adaptative en vue d'une éventuelle mise à l'échelle ».

Un manque de transparence de la part des acteurs

Ainsi, les conseilleurs ne sont pas les payeurs selon les auteurs. « Les entreprises blockchain qui soutiennent des projets pilotes de développement ne mettent pas en pratique ce qu'elles prônent - améliorer la transparence - en partageant des données et des leçons apprises sur ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et pourquoi. Il existe de nombreux arbres de décisions génériques et argumentaires de vente disponibles pour convaincre les praticiens du développement que la blockchain apportera une valeur ajoutée à leur travail. Cependant, il manque des données détaillées sur ce qui se passe lorsque les interventions de développement utilisent la technologie blockchain ».
Résultats : la blockchain est-elle fiable et révolutionnaire ou une illusion ? peut être faut-il réglementer son développement et les annonces liées pour éviter la fonte d’actifs ?

Ainsi, les conseilleurs ne sont pas les payeurs selon les auteurs. « Les entreprises blockchain qui soutiennent des projets pilotes de développement ne mettent pas en pratique ce qu'elles prônent - améliorer la transparence - en partageant des données et des leçons apprises sur ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et pourquoi. Il existe de nombreux arbres de décisions génériques et argumentaires de vente disponibles pour convaincre les praticiens du développement que la blockchain apportera une valeur ajoutée à leur travail. Cependant, il manque des données détaillées sur ce qui se passe lorsque les interventions de développement utilisent la technologie blockchain ».
Résultats : la blockchain est-elle fiable et révolutionnaire ou une illusion ? peut être faut-il réglementer son développement et les annonces liées pour éviter la fonte d’actifs ?

Patrice Remeur

Innovation et transformation digitale me passionnent. N'hésitez pas à me contacter pour échanger.